• Aurore MERCUI HARRIOUI

Mieux armer les enfants face au harcèlement scolaire


Le harcèlement est un phénomène important à l'école. D'après le site Gouvernement.fr, plusieurs centaines de milliers d’enfants et de jeunes seraient concernés, soit 700 600 élèves de l'école au lycée.

Parmi eux, 383 830 élèves seraient victimes d'une forme sévère de harcèlement. Et d'après les statistiques, 1 enfant sur 5 serait victime de cyber-harcèlement après l'école. Ces chiffres sont effrayants lorsqu'on est parent, d'autant plus aujourd'hui, alors que cette maltraitance n'est plus cloisonné entre les murs de l'école.

Des victimes trop jeunes

Nous connaissons tous, bien malheureusement, l'histoire de Marion, 13 ans, qui a mis fin à ses jours suite à l'acharnement de ses camarades de classe. Sa maman, Nora Fraisse, est aujourd'hui engagée dans la lutte contre le harcèlement scolaire. Vous connaissez peut être aussi Juliette, Madison, Matteo... Des histoires tragiques comme celle de Marion il en existe beaucoup trop, et il est important de s'en rappeler, afin d'en tirer des leçons.

Il est possible en tant que parent de ne pas détecter la souffrance de l'enfant, ou de ne pas en comprendre la cause. Nora Fraiss explique qu'un enfant ne dira pas toujours ce qu'il vit à cause de la honte et de la culpabilité qu'il ressent. Il préfèrera parfois rester dans son cocon familiale lorsqu'il rentre le soir, et taire ce qui le fait souffrir à l'extérieur.

Comment détecter la souffrance morale et/ou physique d'un enfant ? Quels sont les signes qui ne trompent pas ? Un changement brutal de comportement peut être un indicateur important. Qu'il s'agisse d'insomnie ou de cauchemars soudains, d'une anorexie ou juste d'un appétit moins développé, d'une tristesse inexplicable, ou d'une mélancolie palpable, d'une phobie scolaire également, qu'on ne relierait pas forcément avec un harcèlement, d'une baisse des notes soudaines, d'un manque d'attrait pour les activités périscolaires qui plaisent habituellement... Autant d'indices qui doivent mettre la puce à l'oreille.

Quelles solutions ?

Depuis 2015, l'Education Nationale a mis en place un plan pour lutter contre le harcèlement scolaire :

.

  • La formation de professeurs afin qu'ils soient capables de détecter les comportements suspects

  • La mise en place d'un numéro vert : le 30 20

  • La nomination d'élèves ambassadeurs et référants dans les établissements

Mais que faire lorsque son enfant n'a plus le sourire en rentrant de l'école, lorsqu'il n'a plus le même enthousiasme le matin à l'idée de retrouver ses camarades, lorsqu'il se renferme, qu'il est malade régulièrement... et que l'équipe encadrante semble ne pas avoir de réponse ou de réponse adaptée ?

Le plus urgent est de communiquer, d'accepter éventuellement, selon le degré de souffrance, que l'enfant reste à la maison, et pourquoi ne pas prendre une ou deux journées de RTT pour vous concentrer sur lui et remplir son coeur d'amour, d'estime, de confiance ? Mais redonner confiance et estime à un enfant victime de harcèlement scolaire, c'est loin d'être évident. Alors que faire ? Quel est le juste milieu ? Comment réagir face à l'urgence de la situation ?

Cette vidéo tente d'expliquer en quoi il est important de chercher des solutions internes à l'enfant, et en quoi l'intervention de l'extérieur peut amplifier le problème.

Aurore MERCUI HARRIOUI,

Conseillère parentale chez Petit à Petit

Cliquez ici pour en savoir plus

#école #harcèlement #scolaire

PETIT A PETIT

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle

© 2017 par Petit à Petit

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now