PETIT A PETIT

© 2017 par Petit à Petit

 

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle

Alimentation des enfants : les 3 conseils de Marine SHARAF

June 18, 2017

 

Voici trois idées reçues que je tenterai de déconstruire au fil de cet article : les enfants doivent finir leur assiette, le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée, et s'il ne mange pas, c'est qu'il fait un caprice ! Bonne lecture et partagez autour de vous !

 

 

 

Ne forçons pas nos enfants à finir leur assiette !

 

Petit, on nous répétait sans cesse qu'il fallait avaler tout ce qu'il y avait dans notre assiette. Si l'on rechignait, la stratégie était chaque fois différente. Soit on nous culpabilisait parce qu'en Somalie des enfants meurent de faim et aimeraient bien, eux, finir notre assiette ; soit la tante Lulu risquait d'être triste de ne pas nous voir finir son plat préparé avec amour... soit, quand les sentiments ne suffisaient plus, venait le temps des menaces « si tu ne finis pas ton assiette, tu seras privé de dessert ! ». A présent adultes, si nous ne savons pas nous arrêter de manger, si nous associons les légumes à une punition et le sucre à une récompense (encore plus que le cerveau ne le fait naturellement), si l'on mélange sentiments et alimentation en se jetant sur le paquet de biscuits alors qu'on a un bleu au cœur, ce n'est pas sans raison.

 

Voilà comment notre corps fonctionne. Lorsqu'il a besoin de nutriments, il envoie un signal de faim à notre cerveau. C'est alors qu'on recherche de la nourriture (quête rendue rapide et facile dans nos sociétés), puis on la mange. En mastiquant, déglutissant et remplissant notre estomac, un signal de satiété est envoyé au cerveau qui nous dit d'arrêter. On ne ressent alors plus la faim, et parfois ce signal de satiété est remplacé par le dégoût. On s'arrête de manger, et on laisse le temps au corps de digérer.

 

L'enfant est naturellement très à l'écoute de ses sensations. Au début de sa vie, il n'est d'ailleurs que sensations. Il n'a pas encore été éduqué à faire autrement. Voilà pourquoi quand un enfant n'a plus faim il ne faut pas le forcer (à condition que ce ne soit pas pour se remplir le ventre de dessert ! ). Il sait reconnaître son signal de satiété, aidons le juste à rester en contact avec cette sensation afin qu'il s'alimente sainement et en quantité raisonnable plus tard. Rappelons-nous également que son estomac n'est pas aussi gros que celui d'un adulte, et qu'il est préférable de remplir son assiette en fonction, afin de ne pas faire de gâchis. Dans tous les cas, un petit reste est toujours réutilisable au repas suivant.

 

Le petit déjeuner n'est pas le repas le plus important de la journée 

 

Dans la même logique, l'histoire du petit-déjeuner est symptomatique de l'angoisse que nous avons tous de manquer de nourriture. Angoisse naturellement inscrite dans nos gènes pour nous mettre en quête de nourriture quand celle-ci venait à manquer. Quête qui n'est plus à favoriser dans notre société d'abondance.

 

Voici un nouveau petit point sur le fonctionnement de notre corps. Après le dîner du soir, le corps utilise son énergie pour digérer et assimiler les nutriments. Puis en temps normal la digestion s'arrête, le système digestif se repose et l'énergie restante est redirigée vers des fonctions de nettoyage et de régénération. Il arrive souvent que le matin au réveil nous n'ayons pas faim. Le corps nous dit « Attend ! Je n'ai pas besoin de manger et de digérer tout de suite car je suis encore en train de nettoyer et réparer. » Il faut donc l'écouter.

 

C'est la même chose chez l'enfant. S'il n'a pas faim le matin, laissons le respecter ses sensations et permettons à son corps de bien fonctionner. Il suffira de mettre quelques morceaux de fruits et quelques oléagineux (attention à la diversification et au risque allergique, évitez les arachides à l'école) dans une petite pochette qu'il pourra manger quand la faim se fera ressentir. Évitez les barres chocolatées du commerce qui ne sont ni bonnes pour son énergie, ni bonnes pour son cerveau et qui lui donneront faim une heure plus tard.

 

Caprice ou intolérance alimentaire ?

 

Il est intéressant d'écouter et d'observer l'enfant pour définir si son refus de manger ou de boire est un caprice, ou si c'est son corps qui ne tolère tout simplement pas un aliment. En effet, je me souviens de ma petite sœur qui ne supportait ni l'odeur du café, ni le goût du lait de vache, ni celui de l'omelette. Mes parents pensaient qu'elle faisait des caprices et la forçaient (un peu) à manger. Mais, après l'avoir vue “rendre” un jour son repas complet, il finirent par comprendre. Quelques années plus tard on s'aperçut qu'elle était intolérante au lait et aux œufs... Depuis tant d'années, ce n'était donc pas des caprices, son corps disait tout simplement non !

 

Quant à moi, enfant, je détestais l'odeur des cacahuètes posées sur la table par mes parents pour l'apéritif lorsque des amis étaient à la maison. Ca me donnait la nausée. Il s'avéra plus tard, suite à l'ingestion d'une demi-cacahuète dans la recette d'une sauce vietnamienne, que j'étais allergique à l'arachide !

 

Sachez faire la différence entre du dégoût pour un aliment tel que le choux de Bruxelles, et le refus du corps de manger ce qu'il reconnaît naturellement comme étant mauvais pour lui. Les intolérances et allergies les plus fréquentes sont :

 

  • le lait de vache,

  • les oeufs,

  • le blé,

  • le gluten,

  • les fruits à coques et oléagineux,

  • certains fruits (pomme, kiwi...),

  • les fruits de mer et poissons.


Il est difficile de passer à côté d’une allergie. En effet les symptômes sont immédiats et assez visibles sinon spectaculaires. Mais les intolérances sont plus sournoises. Elles ne déclenchent pas le même type de réponse immunitaire et les symptômes peuvent être diffus et décalés dans le temps. Les migraines du lendemain ou surlendemain d'un plateau de fromages par exemple, ou de petites plaques rouges sur le visage quelques jours après avoir mangé une baguette de pain, des maux de ventre...

 

Restez donc à l'écoute de votre corps, et observez l'attitude de vos enfants face à leur assiette !

 

Marine Sharaf,

Naturopathe

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

La naturopathie, une alliée lorsqu'on consulte un expert !

October 24, 2018

1/10
Please reload

Archive
Please reload

Suivez PETIT à PETIT
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now