PETIT A PETIT

© 2017 par Petit à Petit

 

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle

#Coaching - L'exemple d'Hicham qui dépasse ses craintes

January 31, 2018

Le coaching… Comment expliquer un terme avec lequel on ne se sent pas forcément à l’aise ? Le coaching est devenu très à la mode, c’est un terme galvaudé, fourre-tout, et bien souvent (et peut être à juste titre), il provoque la défiance. Étymologiquement, le coaching est la voiture à chevaux ci-dessous, l'idée étant qu’elle peut amener d’un point A à un point B. Le but du coaching est de vous amener d’un état présent à un état désiré, votre objectif.

 

 

Coaching et atteinte de l’objectif
 

Une fois l’objectif identifié, le coaching accompagne et surtout aide le coaché à exprimer pleinement son potentiel. L'aide à se concentrer sur son objectif, et à se débarrasser de tout ce qui pourrait le ralentir, voire l'empêcher d'atteindre cet objectif.

 

 

Au delà des lignes d’explications théoriques, nous vous proposons un exemple concret de coaching qui illustre parfaitement nos propos. Hicham ingénieur, la trentaine, s’est fixé début 2015 l’objectif d’avoir le permis de conduire. Lorsque nous nous rencontrons, il en est à plus de 90 heures de leçons de conduite. Hicham est un jeune homme très intelligent, il n’a pas de problème physique ni de motricité quelconque. Il a donc le potentiel pour obtenir son permis facilement. Quelque chose, que l’on appelle "des interférences" en coaching, l’empêche d’exprimer ce potentiel et de performer. Voici son témoignage...

 

Témoignage d'Hicham


"Je vous livre ici mon témoignage sur l’aide que Smail des ateliers d'Hissez OH! m’a apportée pour réussir l’un des projets pour lequel je rencontrais énormément de difficultés. Avant de rencontrer mon épouse, je n’étais pas à l’aise à l’idée de solliciter quelqu’un pour de l’aide. Quand j’avais un problème ou une difficulté, je me débrouillais seul pour trouver une solution, quitte à ce qu’elle soit incomplète voire inefficace. Et cela pour plusieurs raisons :

.

  • La crainte d’être jugé par les autres personnes à qui je racontais mes difficultés,

  • Le poids de la société sur certains sujets « tabous »

  • La crainte de ne pas être compris,

  • La croyance que les solutions apportées par les autres ne puissent être meilleures que les miennes...

.
La première fois dont j’ai le souvenir d’avoir ressenti le besoin de me confier à quelqu’un, c’est suite à une maladresse survenue un vendredi au travail. Maladresse qui m'a coûté l'effort d'un travail de deux semaines entières. Je me sentais tellement mal que je ne savais pas comment annoncer cela à mon responsable, et lui expliquer qu’il me faudrait au moins 3 à 4 jours pour reproduire ce travail perdu.

 

Durant le weekend, j’ai appelé mes frères et mes amis, juste pour en parler. Le fait d’avoir parlé, ainsi que les paroles rassurantes de mes proches m’a finalement permis de relativiser, de retrouver un peu de sérénité et de me concentrer sur comment arriver à reproduire ce travail de deux semaines en quelques jours, afin de ne pas trop pénaliser le projet sur lequel je travaillais.

 

Après cet épisode, j’ai commencé à prendre du recul quant à la sollicitation d’une tierce personne pour trouver des solutions à des difficultés personnelles. J’ai souvent fait cela avec mon épouse, elle m’écoute, et souvent je finis par réussir à trouver des solutions, des déblocages à mes propres difficultés.

 

Ma problématique

 

Au début de l’année 2015, je me suis fixé comme objectif d’obtenir le permis de conduire. Durant mon apprentissage, j’ai rencontré énormément de difficultés, je n’arrivais pas à avancer comme il le fallait. Je faisais des séances et des séances de conduite sans que cela ne change grand-chose à mon appréhension de la conduite. J’en était arrivé à plus de 90 heure de conduites ! J’en ai beaucoup parlé autour de moi, afin d’écouter les expériences des autres et essayer de trouver des solutions à mes blocages.

 

Les difficultés que je rencontrais étaient liées à la peur, tout me faisait peur. J’étais rarement serein quand je montais dans la voiture. La peur me paralysait et cela devenait vraiment problématique. Lors d'une séance où il me fallait faire de la conduite sur autoroute, j’ai tellement souffert que l’on a fini par sortir. Je n'arrivais plus à faire quoi que ce soit, j’ai complètement craqué ce jour-là... Mon moniteur en est même arrivé à me dire qu’il ne pouvait plus rien pour moi, que cela n’était pas dans ses compétences.

 

Ma recherche de solutions

 

J’ai alors réfléchis à différentes solutions. J’ai pensé à faire de la conduite sur une voiture de location double commande pour m'exercer. Je me suis dis qu'ainsi la peur s’en irait, bien qu’il eut fallut faire des kilomètres et des kilomètres.

 

Quand j’ai parlé à Smail Harrioui de mes difficultés, il m’a d’abord posé quelques questions par email afin de les comprendre. De tous ceux à qui j'ai parlé de mes difficultés, Smail a été le seul à comprendre de suite sans apporter de jugement. Après quelques échanges, on s’est fixé un rendez-vous un après-midi.

 

Mon accompagnement

 

Notre rencontre s’est déroulé en plusieurs étapes :

.

  • Une séance de questions/réponses pour essayer de comprendre ce qui provoquait la peur, les évènements antérieurs qui peuvent avoir une influence sur cette dernière etc.,

  • La réalisation d’un certain nombres d’exercices qui aident à mieux se comprendre et à trouver des astuces pour contrôler la peur,

  • Un accompagnement pour travailler sur la peur en elle-même, cette peur qui m’empêchait de réussir,

  • Un accompagnement pour me concentrer sur l'objectif que je me suis fixé : obtenir mon permis.

.

Après ces exercices, je sentais mon cerveau travailler beaucoup sur les différents sujets que nous avions abordés en séance de coaching. Aussi, après cette séance, j’ai continué mes cours de conduite. Même si la peur était toujours présente, elle était moins forte et moins paralysante qu’auparavant, face aux situations qui m'effrayaient pourtant encore quelque jours auparavant.

 

Les séances de conduite qui ont suivi devenaient de plus en plus agréables. Lorsque je rencontrais des situations qui me faisaient auparavant peur je me répétais ceci : "il y a quelques temps, cette situation m'aurait fait perdre tous mes moyens mais là non, j'ai réussi à gérer sans paniquer !". Mon moniteur confirmait cela en affirmant mes progrès.

 

Je commençais à avoir de plus en plus confiance en moi, même en dehors de mes séances de conduite, mon cerveau travaillait sans cesse, je rejouais dans ma tête les situations qui me faisaient perdre mes moyens, et je m'imaginais en train de conduire et maitriser la situation sans paniquer. Quand je marchais dans la rue, je regardais les voitures qui circulaient et je devinais leur ordre de passage, à quoi les conducteurs devaient faire attention, leurs infractions etc. Quand je me suis senti prêt, nous avons planifié la date de l'examen en mars 2016, ainsi que quelques séances de conduite pour consolider mes connaissances.

 

L'atteinte de mon objectif

 

Le jour de l'examen, je stressais comme pour tout examen. Mais cela s'est très bien passé, même si je n'étais pas serein à 100%. Au fil des minutes, la confiance s'installait. Moins je faisais de maladresses mieux je me sentais.

 

Au delà du permis, avec du recul, je commence à me rendre compte que la peur m'a empêché d'accomplir beaucoup de choses, que cela soit dans ma vie personnelle ou professionnelle. Suite à l'aide que m'a apportée Smail, je sais qu'il est tout à fait possible, grâce à un travail efficace sur soi, d'arriver à des résultats satisfaisants. Mes échanges avec Smail et les différents exercices réalisés m’ont conforté dans l'idée qu’être coaché peut toujours m’apporter une aide importante, débloquer les choses qui m’empêchent d’avancer dans mes projets.

 

Si vous aussi êtes bloqués par la peur, si vous n’osez pas prendre de risques, si vous n’avez pas assez confiance en vos capacités pour réaliser vos projets, je vous conseille de tester une séance de coaching, cela pourrait vous aider à trouver des solutions à vos difficultés, des outils et des techniques parfois simples dans le but d'affronter vos peurs, vos blocages etc."

 

Merci à Hicham d'avoir partagé son expérience avec nous !

 

•••
Smaïl HARRIOUI

Coach chez Petit à Petit

Maître-praticien PNL certifié

Cliquez ici pour en savoir plus

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

La naturopathie, une alliée lorsqu'on consulte un expert !

October 24, 2018

1/10
Please reload

Archive
Please reload

Suivez PETIT à PETIT
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now